Produire et monétiser un contenu numérique

Produire et monétiser un contenu numérique

Maintenant que nous commençons à nous retrouver dans cette « nouvelle normalité », comment pouvons-nous monétiser les prestations en ligne pour pouvoir continuer à offrir une programmation novatrice, tout en recréant l’exclusivité et l’intimité que notre clientèle apprécie dans les salles de concert? OC a eu le plaisir d’accueillir Lana Leprich (Tafelmusik Baroque Orchestra), Neil Middleton (Vancouver Symphony Orchestra) et Tricia Baldwin (Isabel Bader Centre for the Performing Arts), qui viendront partager leur expérience, leurs conseils et leur vision de la monétisation du contenu en ligne.

1. Collaborer!

Tricia a souligné l’importance de la collaboration pour élargir l’accès au marché et veiller à ce que les artistes soient rémunérés pour leurs services, surtout dans le cas des petits organismes et centres de population. Les partenariats avec d’autres organismes artistiques, des festivals, des ensembles et d’autres intervenants permettent de mettre en commun les ressources pour absorber les cachets des artistes, en plus de regrouper les publics pour avoir plus d’impact.

Il est aussi possible de conclure des partenariats inhabituels pour encourager la vente de billets, comme dans le cas de Tafelmusik qui s’est associé à une entreprise de gelato permettant d’offrir une petite douceur avec les billets de concert!

2. Si possible, créer des prestations en direct ou d’une durée limitée

Lana et Neil ont insisté sur l’importance d’offrir des prestations en direct ou d’une durée limitée pour vendre l’expérience aux acheteurs de billets éventuels. Elles peuvent prendre la forme d’un concert en direct en continu où les musiciens jouent en temps réel. Si l’on craint les pépins techniques, il est toujours possible d’enregistrer les prestations pour les diffuser ensuite à une heure déterminée (comme Tafelmusik l’a fait pour sa série Tafelmusik at Home).

Tricia a parlé du succès de cet ensemble pour ce qui est d’impliquer les auditoires avec la capacité à poser des questions et à réagir en temps réel, soit par médias sociaux, soit au moyen d’une séance de questions-réponses avec les musiciens.

3. Créer en fonction du support et prendre la qualité du son aussi au sérieux que pour les concerts en personne

Tricia a donné quelques conseils pour créer un contenu numérique de grande qualité pour lequel les clients voudront payer : 1) son haute-fidélité, en s’attachant tout particulièrement à l’excellence de la source sonore, 2) variation dans l’angle de prise de vue pendant le concert pour maintenir l’intérêt du public, 3) éclairage plus intense que pour un concert en direct afin d’améliorer l’apparence à l’écran.

Pour son concours canadien de violoncelle Bader et Overton, l’Isabel Bader Centre a fourni aux musiciens un guide sur la mise en place, chez eux, d’une technologie d’enregistrement de haute qualité. Voir le guide ici.

4. Faire des essais! Être prêt à s’occuper des difficultés techniques

Il est important de faire un essai de la prestation numérique du point de vue tant de la source que de l’auditeur.  Lana a recommandé de le faire sur divers dispositifs  – téléphones intelligents, ordinateurs, tablettes, téléviseurs intelligents, etc. – pour s’assurer que l’apparence et le son sont bien ce qu’on veut. Tous ont recommandé d’avoir assez de personnel de soutien au moment de la prestation pour assurer une surveillance et intervenir immédiatement, offrir au besoin un soutien technique aux téléspectateurs et modérer les échanges et commentaires.

5. Le rayonnement du contenu numérique peut être plus vaste que prévu

Initialement, le Vancouver Symphony s’attendait à ce que le public de son Digital Concert Hall soit composé de ses abonnés. Mais Neil et le VSO ont constaté que le profil démographique du public de ses concerts numériques dépassait toutes les attentes habituelles. Ils y voient une occasion d’atteindre des publics qui normalement ne se rendraient pas en ville pour assister à un concert.

De même, Lana a fait observer que, d’après les sondages après concerts de Tafelmusik, 35 % du public de Tafelmusik at Home était composé de nouveaux venus.

6. Différents modèles de monétisation – En faire l’essai!

Il y a de nombreuses manières d’envisager la monétisation, et des essais peuvent vous aider dans vos démarches futures. Vous pouvez encourager le don, exiger l’achat d’un billet permettant l’accès ou une combinaison des deux, comme l’achat d’un « billet » virtuel basé sur le modèle payez-ce-que-vous voulez. Tafelmusik a utilisé ce dernier modèle pour tâter le terrain en ce qui concerne la monétisation du contenu numérique et a constaté qu’avec des options de 5 $ à 20 $, le don moyen par concert virtuel s’établissait à un honnête 13 $. L’orchestre utilisera cette information pour orienter ses initiatives futures de monétisation du contenu numérique.