Le Winnipeg Symphony Orchestra dans le monde numérique

Daniel Raiskin et le Winnipeg Symphony Orchestra

Les orchestres cherchent toujours de nouvelles façons d’élargir leur auditoire et d’échanger de manière plus enrichissante avec leur public. Plusieurs orchestres sont d’avis que les auditoires vieillissants et l’abandon des programmes d’enseignement spécialisé de la musique dans les écoles sont les raisons qui sous-tendent le recul lent, mais constant, du nombre de spectateurs. Toutefois, depuis quelques années, les orchestres veulent combler cette lacune relative à l’enseignement spécialisé de la musique et à se rendre plus attrayants aux yeux des jeunes tout en tissant des liens plus profonds avec leur clientèle actuelle. Il y a plusieurs façons d’y parvenir comme tenir des séances de discussion avant les concerts ou offrir des guides de type « Symphonies 101 ». Qu’a fait la Winnipeg Symphony Orchestra (WSO)? Elle s’est lancée dans le monde numérique.

WSO a utilisé une application d’accompagnement appelée EnCue à trois de ces concerts cette année et a l’intention de s’en servir lors de plusieurs autres concerts à venir. EnCue est une application à téléchargement gratuit qui envoie en direct durant le concert des notes sur le programme, des images et des récits. WSO a lancé cette application à son concert du 18 octobre où l’orchestre présentait Symphonic Dances de Sergei Rachmaninoff. Les utilisateurs de l’application n’étaient pas séparés des autres membres du public, mais l’écran de l’application est faiblement illuminé et les lumières de la salle de concert étaient douces afin de ne pas déranger les non-utilisateurs. Bien que plusieurs orchestres en Europe et aux États-Unis aient intégré des technologies similaires à leurs concerts, c’est une première au Canada.

Chef d’orchestre adjointe RBC, Naomi Woo pendant le concert. Photo : Ruth Bonneville, Winnipeg Free Press

Selon Jean-François Phaneuf, vice-président des activités artistiques du WSO, les avantages de cette application comportent un double aspect. « Nous sommes ravis d’utiliser cette application pour attirer de nouveaux spectateurs et d’améliorer le niveau d’engagement auprès des auditoires actuels et potentiels. Les gens ont été profondément touchés par l’expérience. Pendant que le concert se déroule, on a l’occasion de lire ce que pensait M. Rachmaninoff quand il a écrit cette œuvre et lire le témoignage de Daniel Raiskin, directeur musical, qui décrit son attachement personnel à un passage particulier. » Pendant deux mois, Jean-François Phaneuf, James Manishen (associé artistique) et Naomi Woo (chef d’orchestre adjointe RBC) ont travaillé fort pour préparer la documentation nécessaire. Ils ont fait l’essai du contenu auprès du personnel de WSO formé en musique et ceux qui n’ont pas de formation musicale et ont déterminé que les diapositives courtes et les images aidaient les gens à écouter activement. La programmation de l’application s’est avérée exigeante, mais les résultats ont été satisfaisants. Des concepts de base ont été fournis pour ceux qui ne sont pas habitués à la musique d’orchestre et des segments de renseignements plus complexes étaient offerts aux experts. Durant le concert, Naomi Woo était dans les coulisses et suivait la partition afin de synchroniser la musique et les diapositives pour les 200 membres de l’auditoire qui ont téléchargé l’application. Les impressions des utilisateurs de l’application étaient surtout positives. En général, le public s’est montré très enthousiaste à l’idée d’essayer quelque chose de nouveau. Certaines personnes ont exprimé une résistance aux changements apportés à l’expérience qu’ils connaissent et aiment, mais plusieurs avaient l’impression de mieux comprendre l’œuvre qu’ils écoutaient et ont ressenti un lien plus fort avec la musique grâce aux renseignements que leur fournissait l’application.

WSO ne compte pas utiliser EnCue à chacun de ses concerts. Son utilisation est planifiée seulement trois fois cette saison durant une pièce musicale par programme. Les auditoires de WSO auront l’occasion de voir EnCue en action au festival New Music de Winnipeg en janvier lors de la Metropolis Symphony de Michael Daugherty, et en mars 2020 lors de la sixième symphonie de Chostakovich. WSO a toutefois l’intention d’intégrer EnCue à la deuxième moitié de chaque concert durant sa série (B)eyond Classics en 2020-2021. Grâce à la mise en place d’un bureau de soutien technique au concert du 18 octobre, WSO a réussi à éviter la plupart des problèmes techniques. La clientèle plus sérieuse a même demandé de recevoir les diapositives à l’avance afin de se renseigner avant le concert. WSO et Orchestres Canada sont ravis des occasions qui présentent lorsqu’on donne à l’auditoire plus de façons d’accéder à la musique orchestrale de manière qui enrichit la musique présentée sur scène.

Apprenez-en davantage sur la question de technologie numérique dans le domaine des orchestres en lisant notre entrevue avec Fiona Morris de The Space, Bâtir un organisme numérique.

La musique qui guérit au Windsor Symphony Orchestra

Entre le 1er et 10 octobre, des musiciens de l’orchestre symphonique de Windsor (WSO) se sont rendus dans des milieux communautaires et de santé dans le cadre du programme d’approche communautaire, Music for Health (la musique pour la santé). L’an dernier, grâce à ce programme, plus de 1 200 personnes âgées ont pu assister à 21 spectacles de musique à Windsor et dans les environs.

Ce programme est une composante importante de l’engagement de WSO envers la collectivité de Windsor-Essex. Cette année, les musiciens ont visité la maison de soins palliatifs Hospice Windsor, la bibliothèque publique de Windsor, le refuge Downtown Mission, des maisons de retraite et des centres de soins dans la région de Windsor-Essex pour jouer de la belle musique pour des gens qui n’auraient pas normalement l’occasion d’écouter de la musique jouée sur scène.

Ce programme d’approche communautaire se fonde sur des données probantes qui montrent que la musique a des effets positifs sur la santé mentale, émotionnelle et même physique. Il a été élaboré par deux musiciens de WSO qui ont travaillé étroitement avec des musicothérapeutes en milieu hospitalier. Dans le cadre de ce programme, des quatuors et des quintettes à cordes de WSO donnent des spectacles musicaux dans des maisons de repos, des maisons de retraite ainsi qu’à la clientèle d’organismes de services sociaux dans la région du comté d’Essex. On encourage les clients à participer en utilisant de petits instruments à percussion, en choisissant les œuvres que les ensembles jouent et en relatant les souvenirs qu’évoque la musique. En savoir plus sur le site Web du Windsor Symphony Orchestra.

Le Mois de la jeunesse et les 80 ans du Concours OSM

Mois de la jeunesse

Depuis sa création, l’Orchestre Symphonique de Montréal a mis l’éducation au cœur de sa mission et n’a cessé de développer des initiatives pour intéresser les jeunes à la musique classique. On pense entre autres aux Matinées jeunesse instaurées en 1935 par Wilfrid Pelletier mais aussi aux initiatives plus récentes comme La Musique aux enfants et le Bal des enfants, un événement-bénéfice afin d’amasser des fonds pour soutenir la mission éducative et d’accessibilité de l’OSM.

Dans cet esprit, en novembre 2019, le Mois de la jeunesse sera consacré à faire la promotion des nombreuses initiatives jeunesse de l’OSM, autant pour les écoles que les familles. Le grand public pourra notamment découvrir des artistes de la relève lors d’une série de récitals ou encore assister en famille au premier concert de la série Jeux d’enfants, dirigé par notre jeune chef assistant Thomas Le Duc-Moreau. Les écoliers ne sont pas en reste puisque plusieurs d’entre eux profiteront des ressources éducatives mises gratuitement à leur disposition incluant pour la toute première fois la mise en ligne de la vidéo d’un grand concert jeune public. En savoir plus

Concours OSM – 80e édition

Depuis 1940, l’orchestre présente le Concours OSM, le plus prestigieux concours d’interprétation pour les jeunes musiciens canadiens, offrant des prix d’une valeur de plus de 100 000 $ aux lauréats et une visibilité accrue pour les gagnants. Le public est invité à découvrir 17 violonistes et violoncellistes âgés de 15 à 25 ans, lors des épreuves demi-finales et finales qui auront lieu du 27 au 30 novembre à Montréal. Toutes les épreuves sont webdiffusées pour permettre le rayonnement pancanadien de la compétition. L’OSM propose un programme riche et stimulant aux concurrents et au public : concerts spéciaux avec des lauréats du Concours, activités de formation avec des experts du milieu musical, animations musicales à la Maison symphonique et prestations dans la ville font partie du programme d’activité. Le Concours OSM a également rassemblé un jury international prestigieux, comprenant notamment le directeur musical Kent Nagano et le directeur des BBC Proms de Londres, David Pickard.

Les lauréats bénéficient d’un énorme soutien de la part de l’OSM : en plus des prix en argent et des bourses, plusieurs développent une relation privilégiée avec l’organisation. L’Orchestre leur offre de multiples opportunités de prestation comme solistes, récitalistes ou chambristes avec des musiciens de l’OSM, et Kent Nagano dirige un orchestre des lauréats lors du festival La Virée classique durant l’été. De plus, l’OSM introduit les lauréats à son réseau de partenaires artistiques et à ses artistes invités internationaux, un soutien important pour de jeunes artistes en début de carrière.

L’OSM est très fier du Concours OSM parce qu’il a enrichi, de multiples façons, la scène musicale canadienne. Parmi les lauréats, plusieurs se sont illustrés sur la scène canadienne et internationale dont :  James Ehnes (violon); Angela Hewitt (piano); Louis Lortie (piano); Karina Gauvin (soprano); Jan Lisiecki (piano); Jonathan Crow (violon solo, Toronto Symphony); Andrew Wan (violon solo OSM), plus récemment Timothy Chooi, Blake Pouliot, Carter Johnson et Kerson Leong.

 

Blogue d’invité : L’Orchestre Métropolitain pour la jeunesse

Rencontrer les jeunes et rendre la musique toujours plus accessible sont des priorités pour l’Orchestre Métropolitain. Chaque année, les initiatives éducatives de l’OM suscitent l’émerveillement de plus de 11 000 jeunes sur tout le territoire montréalais, par l’entremise d’un programme éducatif en deux volets : l’OM pour les écoles et l’OM pour la relève.

L’OM pour les écoles donne lieu à des rencontres significatives entre les élèves et nos musiciens, que ce soit par la tenue d’ateliers musicaux dans les écoles ou l’accueil de groupes scolaires à nos répétitions ou à nos concerts. Un bel exemple d’activités : la réalisation d’expositions ! Comme en décembre dernier, alors que les œuvres d’un groupe d’une quinzaine d’enfants inscrits à la maternelle à l’école Notre-Dame-des-Neiges décoraient les foyers de la Maison symphonique, pour le plus grand plaisir du public. Les élèves, venus assister à la générale, ont pu visiter leur exposition, et faire cadeau de l’une de leurs œuvres à notre chef Yannick Nézet-Séguin. En amont de cette sortie, ils s’étaient familiarisé avec le Concerto pour piano de Schumann, au programme du concert, et avaient reçu la visite du chef Nicolas Ellis, collaborateur artistique à l’OM, qui a répondu à toutes leurs questions.

L’OM pour la relève a pour objectif d’offrir une tribune aux jeunes musiciens et de soutenir leur développement grâce, entre autres, à du mentorat et des classes de maîtres. Les préludes OMdes prestations musicales qu’offrent des jeunes musiciens talentueux en préambule aux concerts de l’OM, en sont un exemple. Ces jeunes assistent ensuite gratuitement au concert, et quelques-uns ont le privilège de remettre les fleurs sur scène aux chefs et solistes que nous recevons. Un autre projet de l’OM pour la relève est la création du Concours OMNI.  Dédié aux jeunes musiciens de 7 à 17 ans, ce concours donnera l’occasion aux candidats de faire valoir leur talent dans un contexte décontracté, favorisant la rencontre de jeunes partageant la même passion et les échanges avec des musiciens professionnels. Ces initiatives sont des plus inspirantes, tant pour les jeunes que pour nos musiciens qui en retirent une grande fierté.

Un très grand merci  à Laura Eaton à l’Orchestre Métropolitain d’avoir écrit cet article.